Le Seigneur Jésus, après leur avoir parlé, fut enlevé au ciel et s'assit à la droite de Dieu. (Mc 16, 19)
Lundi 24 juin 2024

Eglise catholique à Madagascar

Site officiel de la Conférence Episcopale de Madagascar

MESSAGE DE LA CONFERENCE DES EVEQUES DE MADAGASCAR NOVEMBRE 2022


Et moi, je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde” (Mt 28, 20)

Chers frères et sœurs,

Cette semaine, nous, Évêques de Madagascar, étions en réunion à Antananarivo, après la visite à Rome, auprès du Pape François et de divers dicastères au Vatican et nous souhaitons vous transmettre un court message. Nous voudrions revivifier l’espérance et la joie en vous en ce début du temps fort de l’Avent, en préparation de Noël et qui nous mènera à la nouvelle année 2023.

C’était avec joie que le Pape François nous a reçus pendant une semaine au Vatican. C’était une occasion qui lui a fait rappeler des bons souvenirs de sa visite dans notre Ile et l’accueil que le peuple malagasy lui a réservé. Il s’est surtout réjoui de la bonne réputation de l’Eglise de Madagascar, proche du peuple, a-t-il dit. L’enthousiasme des catéchistes et l’abondance des vocations à la vie sacerdotale et à la vie religieuse ainsi que l’engagement dans les œuvres sociales (écoles, hôpitaux et divers centres de soins, accueils des handicapés...) sont des images positives mises en exergue. 

Cette joie s’est encore amplifiée avec la nomination de Mgr Donatien Francis RANDRIAMALALA comme évêque du diocèse d’Ambanja et de Mgr Zygmunt ROBASKZIEWICZ en tant qu’évêque du diocèse de Mahajanga. Nous en remercions le Saint Père et nous accompagnons de nos prières les nouveaux nommés, nous les soutenons dans l’effort pour l’Evangélisation. Nous continuons également à prier pour le Pape François, tel qu’il le demande à chaque fois qu’il s’adresse aux fidèles. Nous réitérons nos félicitations aux deux diocèses et à tous leurs chrétiens.

Par ailleurs, les catastrophes naturelles traversées par notre pays (cyclones, inondations...), la dégradation de l’environnement et de la société en général ont beaucoup touché le Pape.  Ainsi, il nous a demandé de transmettre le message pour que les Malagasy fassent renaître leurs valeurs qui, hélas, semblent, disparaitre progressivement, à cause de nombreux faits, abondamment véhiculés, qui les détruisent. Les provocations et les manques de respect mutuels à travers les différents moyens de communication font partie de ces faits, de même la corruption à tous les niveaux dont se plaignent les sans voix et ceux qui n’ont pas de protecteur, l’arrogance de ceux qui se croient au-dessus de la loi, à cause de leur richesse et de leur rang dans la société, la destruction du secteur de l’éducation qui revêt plusieurs aspects, les incendies des aires protégées... 

Ainsi, le “Fihavanana” est sur le point de devenir une coquille vide, le sens sacré des Raiamandreny est en décadence, la violence et l’arnaque sont maintenant les forces qui entrainent les jeunes. C’est pour cela que le Pape a dit que c’est un devoir et une responsabilité pour l’Eglise de vivre en premier les valeurs et la sagesse en cheminant avec le peuple dans le domaine social. C’est avec ce message que nous vous exhortons à être témoins de la solidarité au sein de la société dans laquelle nous évoluons, suivant nos moyens et possibilités. Comme St Paul en son temps “Nous sommes donc les ambassadeurs du Christ, et par nous c’est Dieu lui-même qui lance un appel” (2Cor 5, 20), nous vous supplions avec les moyens de nos jours : de grâce, cessez ces différentes manières de profiter des autres, vivez l’évangile d’une façon concrète, par des petits gestes quotidiens, car, nous dirigeants et peuple, la plupart de nous, nous sommes chrétiens. Pour vous, gouvernants à tous les niveaux, écoutez ce qui fait mal à la population (social, économique) et ne profitez pas de sa pauvreté. Nous, peuple, sachons respecter les biens communs et évitons les dénigrements et les provocations mutuelles qui n’apportent pas l’apaisement et qui ne résolvent pas les difficultés. La Nation Malagasy est toujours dans le cœur du Pape François, et il n’a jamais oublié l’amour que nous lui avons témoigné en l’accueillant chez nous, c’est ainsi qu’il nous a donné une bénédiction particulière.

Nous entrons dans la période de l’Avent suivant le calendrier liturgique, nous nous préparons à célébrer la Nativité du Seigneur. Contemplez Jésus, Fils de Dieu, fait homme, enfant fragile dans la crèche (Lc 2, 7), Il a porté toutes les souffrances que nous supportons, il nous appelle à être ses frères et sœurs. Confions-lui nos combats quotidiens, et que chacun multiplie ses efforts pour vivre heureux, tel que le Seigneur l’a voulu depuis notre création. Cette période de l’Avent est celle pour laquelle nous pouvons augmenter la conversion pour faire le bien, comme l’appel de Jean Baptiste qui crie dans le désert :“ Préparez le chemin du Seigneur...” (Lc 3, 4-6). C’est nous qui bâtissons la société où nous sommes. Aussi, ce sont nous qui pouvons changer l’aspect de la société où nous vivons par la conversion individuelle, à commencer par soi-même jusqu’à la nation toute entière. Revêtez-vous de la grâce de l’Enfant Jésus, en cette période de l’Avent, pour nous aider à toujours écouter notre conscience, à nous éloigner du mal et à vivre le bien. C’est en Dieu, source de toute bonté que nous pouvons tirer le bien dont nous avons besoin dans notre vie de chaque jour. Ne laissez pas la corruption et la violence guider notre vie. Que chaque famille soit le premier lieu éducatif, source de changement pour façonner des personnes honnêtes qui craignent Dieu et qui se soucient de leurs prochains, par l’éducation de nos enfants comme il est enseigné dans le livre des Proverbes : “ Instruit l’enfant selon la voie qu’il doit suivre, et quand il sera vieux il ne s’en détournera pas” (Pr 22, 6), en réalisant cela nos familles ne seront pas des lieux d’où se forment les agresseurs,  auteurs des mensonges, des tromperies et des arnaques de la société.

Nous concluons notre message en vous souhaitant une célébration de Noël dans la joie, loin de l’insécurité et que vous accueilliez la nouvelle année dans la sérénité et la paix. C’est d’ailleurs pendant la nouvelle année 2023 que nous allons accueillir le nouveau Nonce Apostolique qui va résider et travailler à Madagascar. Que ce Noël comble de grâces notre pays, chaque famille, voire chaque individu, et puisse-t-il parfaire toutes les bonnes intentions de chacun et à tous les niveaux pour la gloire de Dieu et pour le bonheur et la paix pour nous, peuple tout entier. Nous répétons ce qu’ont dit les anges qui ont annoncé la naissance du Sauveur à Bethléem : “ Gloire à Dieu au plus haut des Cieux et paix sur la terre aux hommes qu’il aime” (Lc 2, 14). Que Dieu vous bénisse et passez d’excellentes fêtes. Nous vous confions à la Sainte Vierge Marie Mère de Dieu, dont nous célèbrerons de façon particulière la fête, le 1er janvier, et à Saint Joseph son époux.  

Nous, vos évêques, nous vous bénissons

Fait à Antananarivo, ce dimanche 27 novembre 2022

Premier dimanche de l’Avent

Les Évêques de Madagascar