Qui s’élèvera sera abaissé, qui s’abaissera sera élevé. (Mt 23, 12)
Jeudi 25 avril 2024

Eglise catholique à Madagascar

Site officiel de la Conférence Episcopale de Madagascar

XVIè Assemblée générale ordinaire du Synode des évêques


La première Assemblée plénière du Synode des évêques, a débuté au Vatican le 4 octobre dernier et durera jusqu’au 29 octobre. Une seconde session se tiendra un an plus tard, en octobre 2024.

Les 365 pères et mères synodaux travailleront en petits groupes, dénommés Cercles mineurs. Ils sont au nombre de 35, répartis selon leur langue, aidés par des « facilitateurs », pour la plupart des théologiens, et suivant la méthode de la « conversation dans l’Esprit ».

Les travaux seront divisés en quatre cycles :

- la synodalité, 

- la communion, 

- la coresponsabilité dans la mission 

- et la gouvernance.

Une première dans l’Eglise, 54 femmes sont dotées de droit de vote et prennent part à l’assemblée.

Des laïcs sont également présents dans l’assemblée. Les chantiers de réflexion sont nombreux. Toutes ces nouveautés concrétisent la volonté de l’Eglise à être davantage à l’écoute des fidèles de la base et des périphéries.

Notons que pour le cas de Madagascar, Monseigneur Jean Pascal Andriantsoavina représente la Conférence Episcopale, et Sr Marie Solange Randrianirina, F.S.P. fait partie des témoins du processus synodal.

Selon le préfet du dicastère pour la Communication, Paolo Ruffini, président de la Commission pour l'information, la nouveauté est précisément celle-ci : « La suspension du temps... Un silence qui est assourdissant à sa manière parce qu'il est totalement différent de la routine de la parole habituée au stéréotype de la répartie ».

« La façon dont une institution aussi grande que l'Église s'accorde un moment de silence dans la foi, la communion et la prière est une nouvelle à part entière ». « Cela peut également aider le monde sur d'autres fronts : la guerre, la crise climatique... S'arrêter, s'écouter les uns les autres. C'est un défi qui mérite d'être raconté », a-t-il poursuivi.

Lors de son discours à la première Congrégation générale, le Pape avait insisté sur la priorité à l'écoute, « jeûne de la parole publique », connaissance mutuelle, discernement, respect de la confidentialité.

Ainsi, l'Église catholique universelle, pendant ces quatre semaines d'assemblée au Vatican, se met en « pause ».