Le Seigneur Jésus, après leur avoir parlé, fut enlevé au ciel et s'assit à la droite de Dieu. (Mc 16, 19)
Mardi 21 mai 2024

Eglise catholique à Madagascar

Site officiel de la Conférence Episcopale de Madagascar

Tolagnaro - Sœur RASOLOHERY Claudine Aimée et le CIMOPAR


Quelle joie d’avoir eu dans nos murs Sœur Claudine Aimée RASOLOHERY pour nous parler de son médicament CIMOPAR, fruit de ses recherches.

Le vendredi 7 octobre, de 17 à 19h, elle a parlé aux médecins, pharmaciens, prêtres, religieuses de la ville.
Le samedi 8, de 8h à 10h, à tous ceux qui ont voulu l’écouter.
Mais qui est Sœur Claudine Aimée Rasolohery ?
Elle est religieuse de la Congrégation CIM (Cœur Immaculé de Marie). Elle est originaire de Fandriana, où j’étais curé, et permettez-moi de partager notre relation personnelle :
Venue me parler de sa vocation religieuse, ma seule réponse était : “ Etudie bien “, d’ abord.
Elle a eu son baccalauréat C au Collège Saint François Xavier à Fianarantsoa.
Après le SN (Service National) elle se vouait totalement à sa formation religieuse.
Et quelle fut ma joie quand, 10 ans après, la Congrégation l’a envoyée aux études à l’Université d’ Andrainjato, Fianarantsoa, où elle a eu son Doctorat en chimie de substance naturelle.
De là elle a continué à l’École Doctorale de Toulouse (France) et au Centre de recherche phytothérapie.
Devant sa compétence le Centre a voulu la garder là-bas, mais elle a préféré rentrer au pays pour être au service de ses compatriotes.
Elle est Professeur chercheur à l’Université de Fianarantsoa, Ecole Doctorale en Chimie médicinale.
Elle est Professeur chercheur à l’Université d’ Antananarivo : Valorisation des produits naturels renouvelables.
Elle est Directrice du Laboratoire pharmaceutique et de recherche chimique médicinale où l’on fabrique le CIMOPAR,  à Fianarantsoa.
LPS ou Laboratoire Plante Santé.

Voilà pour la présentation

Elle a parlé des différentes étapes pour arriver au résultat médical et le traitement fait avec CIMOPAR : hépatites virales, A, B, C ; asthme et allergies, etc…

Les questions n’arrêtaient pas, plus scientifiques pour les médecins et pharmaciens, l’utilisation immédiate pour les autres, preuve qu’on s’intéressait à la matière.
Au chemin du retour, elle s’est arrêtée à Ambovombe pour y intervenir encore.

Mgr Vincent RAKOTOZAFY, 14 octobre 2022.